Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

6 questions posées à un responsable de la construction

Dans le troisième volet de notre série, nous faisons un détour par notre filiale Caliqua, où Christian Toschka a répondu à nos questions.

Christian Toschka est responsable de la construction chez Caliqua AG depuis l’année dernière. Il nous raconte, entre autres, comment il est arrivé à ce métier et à quoi ressemble son quotidien.

1. Comment se déroule une journée de travail pour un responsable de construction d’installations ?
En règle générale, on peut dire qu’aucun jour ne se ressemble, je ne sais pas ce qui m’attend dans le courant de la journée. J’ai deux principaux domaines de tâches :

D’un côté, la gouvernance disciplinaire du personnel et d’un autre côté, la gouvernance technique du département.
Il s’agit en premier lieu de fournir avec toute l’équipe tous les travaux et séquences de travaux dans les délais fixés et dans la qualité requise.
Par ailleurs, la personne responsable de la construction d’installations assume encore beaucoup d’autres tâches, par exemple l’organisation de l’équipe, la coordination des activités, le contrôle et naturellement la réalisation de ses propres tâches. Être la personne contact pour des questions (techniques), internes et externes, fait partie de ces tâches également tout comme la gestion des meetings ou encore le suivi de l’atteinte d’objectifs, etc.

2. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?
Je suis technicien jusqu’au fond de l’âme. J’aime être créatif, faire surgir quelque chose de nouveau ou optimiser. Savoir que je contribue significativement à mettre la théorie en pratique et à faire ainsi réussir l’entreprise et l’équipe me rend fier.

3. Où voyez-vous le plus grand défi à relever dans le cadre de votre travail ?
Le plus grand défi à relever dans mon travail est, à mon avis, de réaliser avec succès les projets / les séquences de travaux dans les délais fixés et dans la qualité requise et ce, ensemble avec les intervenants internes dans la construction, les équipes de planification externes, sans oublier les équipes de projet. Par ailleurs, il s’agit de faire avancer la question de la digitalisation (BIM etc.) pour que l’entreprise puisse à l’avenir aussi s’imposer sur le marché.

4. Quel est le profil d’un bon responsable de construction d’installations ?
Les principales tâches dans le cadre de la responsabilité de construction sont en premier lieu la gouvernance disciplinaire et technique de son département. En ce qui concerne la technique, la personne doit comprendre la matière dont il s’agit pour répondre à tout moment à toute question d’ordre technique – au niveau interne comme externe !

Il doit avoir l’esprit ouvert à toute nouveauté et faire preuve de force de persuasion et de fermeté. Il doit posséder une grande compétence sociale, de l’empathie pour diriger ses équipes professionnellement.

5. Comment devient-on responsable de construction d’installations
Après ma formation de constructeur, j’ai fait des études d’ingénierie mécanique à la haute école DHBW Lörrach avec spécialisation dans la construction. Ensuite, j’ai exercé comme ingénieur en construction principalement dans le secteur pharmaceutique et j’ai eu la possibilité d’acquérir de vastes connaissances auprès de différentes entreprises de construction de machines, d’outillages et d’installations techniques.

Très tôt, des responsabilités de direction d’équipe, de département m’étaient confiées. Mes aptitudes à assimiler rapidement de nouveaux domaines thématiques, à fournir des approches de solutions à un problème donné, à appliquer une méthodique structurée – et surtout mon plaisir à diriger avec empathie des hommes et des femmes – ont contribué essentiellement à ma réussite en qualité de responsable.

Longtemps, je ressentais le besoin de me réorienter encore une fois professionnellement. C’est ainsi qu’en septembre dernier, j’atterrissais chez Caliqua AG comme responsable de construction d’installations. Ici, j’ai ce que je cherchais : Une tâche passionnante et pleine de défis, une équipe formidable et l’opportunité de façonner l’avenir !

6. En quoi la crise sanitaire du coronavirus a-t-elle changé votre travail ?
Et bien voilà, nous avons vu qu’il était possible de maîtriser le télétravail relativement sans difficultés. La digitalisation permet d’avoir sur son ordinateur portable tout ce dont on a besoin et il est possible ainsi de travailler à tout endroit presque. Mais, je ne peux pas encore faire sans mon carnet de notes, faire rapidement une esquisse, noter une remarque importante…

Mais, ce qui manque définitivement est le contact étroit avec l’équipe. La communication est devenue plus difficile, les discussions autour d’un café manquent, se « retrouver » simplement pour traiter un sujet. Diriger une équipe généralement est devenu plus exigeant et plus fastidieux.

Pour ce qui me concerne, le télétravail ne peut pas remplacer à parts égales le travail sur le terrain. Mais, je pense que dans le futur, notre quotidien professionnel sera un juste milieu entre présence dans l’entreprise et télétravail.