Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

6 questions posées à un responsable montage chauffage

Direction le chantier ! Notre prochain interlocuteur est Ueli Röschli, responsable montage chauffage. Il nous parle de sa carrière, des défis de son métier et de son travail au quotidien.

Un responsable montage n’est pas seulement au cœur de l’action sur le chantier, il exerce également d’importantes fonctions de gestion au sein de son équipe. Ueli Röschli, responsable montage chauffage sur le site de Winterthur, vous explique en quoi consiste son travail au quotidien.  

Ueli Röschli in Arbeitskleidung

1. Comment se déroule une journée de travail d’un responsable de montage ? 
Tout d’abord, je salue les différentes équipes de montage sur mon chantier et je regarde si tout le monde est présent, s’il y a des points à clarifier concernant le travail et je vérifie que les intervenants ont tout le matériel nécessaire. Ensuite je travaille moi-même au sein d’une équipe. Je suis régulièrement interrompu dans mon travail : une livraison arrive, il faut la contrôler, la répartir ou la stocker au magasin sur le chantier. 

Je fais le lien avec la direction des travaux et les équipes de planification pour parler des délais et trouver des solutions aux problèmes que nous rencontrons. Avant midi je me renseigne si mes équipes ont encore besoin de matériel pour pouvoir le commander après la pause de midi et m’assurer de la livraison pour le lendemain. 

Mes équipes me consultent quand elles rencontrent des difficultés ou des confusions au niveau des plans et des schémas ou encore pour la coordination en cas d’un problème avec d’autres corps de métier sur le chantier. J’essaie alors de le résoudre ou de mettre la question au clair avec les responsables. En fin de journée, je fais un dernier tour auprès de mes équipes, nous discutons du déroulement pour le lendemain et je leur souhaite une bonne soirée. 

2. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ? 
Mon activité est très diversifiée, je peux me dépenser physiquement, mais j’ai aussi des tâches d’organisation à assumer. Je trouve qu’il est bon de voir le soir ce que nous avons accompli au sein de l’équipe. Généralement, cela fait plaisir de travailler en équipe. Il est intéressant aussi d’avoir un aperçu des autres travaux sur le chantier, de leur déroulement, aucun chantier ne se ressemble, les entreprises sont toujours différentes sur chaque chantier et nous faisons connaissance de personnes intéressantes, tout cela rend le travail très diversifié. 

3. Où voyez-vous le plus grand défi à relever dans le cadre de votre travail ? 
Au niveau du développement technique, des hautes exigences des clients et de la connexion de l’installation. Je pense que le client veut en fin de compte avoir une application qui va lui permettre de contrôler toute la maison et ses systèmes techniques du bâtiment. Beaucoup de nouveautés techniques arrivent sur le marché pour tout mettre en œuvre, nous devons donc nous perfectionner par la formation continue. 

Les délais fixés par les clients sont de plus en plus serrés, c’est un grand défi pour nous sur le plan des ressources de personnel et de logistique. 

4. Quel est le profil d’un responsable de montage compétent ? 
La personne doit avoir l’esprit d’équipe, être fiable, authentique, prévoyante, elle doit posséder de bonnes compétences professionnelles. Elle doit être exemplaire vis-à-vis de ses équipes, elle doit appliquer elle-même ce qu’elle souhaite enseigner. Détecter les difficultés en temps utile et trouver une solution. Faire preuve d’une bonne communication avec son personnel, l’organisation supérieure, les entreprises externes et la direction des travaux. La personne responsable de montage doit savoir ce qu’elle installe et comment cela fonctionne, elle doit aussi être en mesure d’expliquer le mode de fonctionnement. Une approche positive est toujours utile dans ce cas. 

5. Que recommandez-vous à quelqu’un qui aimerait exercer le métier de responsable montage chauffage ? 
Vivre avec son temps, avoir l’esprit ouvert et être prédisposé à la nouveauté. Obtenir au début quelques années d’expérience du métier. Qui s’y intéresse, a toujours la possibilité de le faire. Je trouve que l’école, c’est super, on y obtient des connaissances approfondies du sujet et on en apprend beaucoup. 

6. Quelles difficultés avez-vous rencontrés pendant la crise sanitaire du coronavirus ? 
Le contact était difficile au début, puis nous nous y sommes habitués. Concernant la logistique : Organiser les masques et le gel hydroalcoolique pour l’équipe. Toute cette situation était compliquée : On me demandait par exemple « J’ai un peu mal à la gorge, je tousse un peu, dois-je rester à la maison ? », en d’autres circonstances, la personne aurait tout simplement continué de travailler. Il était très difficile de prendre une décision à chaque fois. 

Nous étions sur un grand chantier avec de nombreuses équipes de montage. Nous devions par conséquent dresser des plans d’équipe pour l’organisation des pauses. Par chance, nous avions une baraque de chantier, il y faisait froid en hiver, mais nous n’avions pas d’autre espace chauffé, car les cantines aussi étaient fermées. 

J’espère que ce sera bientôt passé et que nous allons pouvoir nous comporter comme auparavant. Sur ce, je souhaite à toutes les lectrices et tous les lecteurs de rester en bonne santé, rien n’est plus important.